En souvenir du père fouras…..

Il y a quelques heures, j’étais sous la douche et je me disais, il faut que je fasse un billet sur le Père Fouras!

articfouras

Beaucoup de gens le connaissent mais si je demande à quelqu’un de me citer une de ses énigmes, j’entends les mouches voler….

Pour vous, je me suis permis de vous en donner une petite vingtaine:

(les réponses sont à la fin)

Amusez vous bien!

1 – Pas très aimé des citadins,
Enfants et vieux aiment l’attirer ;
Il peuple pourtant toits et jardins,
Des escrocs, il est le jouet.

2 – Mûr à point, l’été il est fauché ;
Fauché, on l’est de n’en point avoir.

3 – C’est un petit air léger qui nous ravit l’été.
Sans « R », elle est glaciale,
Car plutôt hivernale.

4 – On la tourne pour avancer ;
Mais quand on l’est, cela signifie « être branché ».

5 – C’est la partie intégrante d’un pont ;
Le rendre, c’est en avoir ras le bol ;
Contre les taches, c’est une protection.

6 – Lorsqu’il n’est pas industriel, on ne manque pas de l’admirer.
Propre, il devient une chaussée.
Sur le Web, on peut le consulter.

7 – On peut la visiter ou bien la savourer ;
Mais ce projectile léger peut-être un vrai danger.

8 – Elle est parfois artificielle ou bien encore naturelle.
Mais en l’accomplissant, on prend des risques importants.

9 – Affichant de hauts bois, il ne craint pas le froid.
Lorsqu’on le prend, c’est pour aller plus loin.

10 – Redoutable machine de guerre, des murs lui cédèrent naguère.
Généralement, il blatère ;
C’est aussi un signe de naissance.

11 – Il peut être rond, carré et bien moulé.
Servi au marché, il est découpé.
Ça ne vaut pas le coup d’en faire un, surtout pour de tout petits riens.

12 – Le vinaigre n’est pas conseillé pour l’attraper ;
Elle est évoquée quand la cible est touchée.
Le curieux aimerait parfois en être une.

13 – Il a une arête et deux ailes de chaque côté.
Parfois comparé à une trompette, qui n’est pas forcément bouchée.

14 – Il est bon quand il est tôt.
Quand il est tôt, il est petit.
Mais aussi il peut être beau.
Et quand il est tard, il est fini.

15 – La catastrophe vous a frôlé si près de vous il est passé.
Et personne n’est ménagé quand rouge il est tiré.

16 – Pour un secret, on peut l’acheter.
On peut se taire et le garder.
Dans un studio, avant de filmer, c’est toujours lui qui est demandé.

17 – Elle nous tire les larmes des yeux sans que nous éprouvions de chagrin.
Elle suit lentement son chemin qui la mène toujours vers les cieux.
On dit qu’il n’y en a pas sans feu.

18 – Parfois nouvelle, parfois pleine,
Sa couleur n’est pas celle de l’ébène.
Des rêveurs elle est la retraite favorite,
C’est le pays des Sélénites.

19 – Si le vent le pousse et l’excite,
Il dévore tout ce qu’il boit.
Son appétit est sans limite.
Mais s’il boit trop, il se noie.

20 – Toujours le premier,
Jamais le dernier,
Rien sans lui n’est jamais fini,
Car rien ne peut commencer sans lui.

1 – Le pigeon. 2 – Le blé. 3 – La brise. 4 – La page. 5 – Le tablier. 6 – Le site. 7 – La grenade. 8 – La cascade. 9 – L’élan. 10 – Le bélier. 11 – Le fromage. 12 – La mouche. 13 – Le nez. 14 – Le matin. 15 – Le boulet. 16 – Le silence. 17 – La fumée. 18 – La lune. 19 – Le feu. 20 – Le début.

Merci à Guillaume Thibault.

One thought on “En souvenir du père fouras…..

Leave a Reply